Paroles de voyageurs #15 – La drôle de vie d’expat au Sri Lanka par Maud !

 Bienvenue dans cette nouvelle interview “Paroles de voyageurs” 

 
Ayubowan à tous !
 
Bienvenue dans la rubrique “Paroles de voyageurs”, on est déjà au 15ème numéro et ce n’est pas près de s’arrêter j’ai l’impression car vos mails sont entousiastes, c’est super ! 🙂
 
Aujourd’hui, la rubrique accueille Maud, qui a vécu pendant 2 ans au Sri Lanka en tant qu’institutrice, avec son compagnon sri lankais. Elle nous partage ses anecdotes, son acclimatation au pays et à Colombo ainsi que ses bons conseils ! Une interview très intéressante pour découvrir la vie d’expat au Sri Lanka quand on s’expatrie dans ce pays.
 
 
Merci beaucoup à Maud pour sa participation et bonne lecture à tous !
 
Amis lecteurs, si vous êtes allés au Sri Lanka et que vous souhaitez témoigner, partager votre expérience, n’hésitez pas à me contacter !
 

 L’interview de Maud : la vie d’expat au Sri Lanka et ses “drôleries” ! 

 

Bonjour Maud ! Peux-tu te présenter en quelques mots s’il te plaît ?

Bonjour Caroline ! Alors je m’appelle Maud, j’ai 27 ans et je suis professeure des écoles (ou institutrice) depuis 5 ans ! Avant de travailler, j’ai fait une licence de droit et un master enseignement. Enseigner a toujours été une vocation mais j’ai toujours été passionnée par les voyages et la vie à l’étranger. En fait, moi ce que je voulais c’était enseigner à l’étranger (ce que j’ai fait et ce que je fais toujours) ! De caractère, je donne l’impression d’être assez décidée mais en réalité je suis très réfléchie et même parfois un peu trop !
 
Maud dans paroles de voyageurs par Tongs et Sri Lanka
 
 

Pourquoi, quand et dans quelles conditions es-tu partie vivre au Sri Lanka ?

 
Alors ça c’est la partie rigolote…. Je ne suis jamais partie au Sri Lanka (à Sri Lanka en fait… mes copines de l’ambassade vont me corriger sinon !) avant mon expatriation en aout 2014. Avant de partir, j’avais toujours eu comme souhait de partir enseigner en Asie mais j’étais plutôt partie sur le Vietnam.
 
Un jour, je découvre qu’il y a une école française à Colombo et comme je suis en couple avec un sri lankais (qui résidait alors en Angleterre), je me suis dit que c’était l’occasion d’y aller… J’ai postulé et j’ai été prise ! Ca a donc été l’occasion pour mon compagnon de revenir dans son pays qu’il avait quitté plus de 15 ans auparavant… (et moi de chercher sur Google map à quoi pouvait ressembler une ville sri lankaise…). Nous avons donc fait l’aventure à deux avec pour tous les deux un travail sur place et nous y sommes restés deux ans ! 
 
Comment s’est passée la vie d’expat au Sri Lanka ?
 
Je me souviens que la semaine, faire un truc différent comme aller chercher un colis à la poste, découvrir ce nouveau magasin à l’autre bout de la ville, aller à la pharmacie ou s’inscrire à la piscine avait ce petit quelque chose d’excitant.
 
Alors, Colombo est une vie très calme donc la semaine on ne faisait pas grand-chose d’extraordinaire en raison du peu d’activités culturelles proposées et du manque de vie à l’extérieur (peu d’endroit où se balader, peu d’endroit où sortir). Mes journées en semaine ressemblaient plutôt à prendre le tuk tuk pour aller à l’école, travailler, rentrer en tuk tuk, faire un ou deux cours de yoga et passer du temps avec nos amis. Le week-end par contre nous étions tout le temps en dehors de Colombo, à visiter le pays, à aller à la plage et parfois à passer du temps dans la famille de mon compagnon. Je me souviens que la semaine, faire un truc différent comme aller chercher un colis à la poste, découvrir ce nouveau magasin à l’autre bout de la ville, aller à la pharmacie ou s’inscrire à la piscine avait ce petit quelque chose d’excitant car ça ressemblait à une véritable expédition…
 
 
Comment as-tu vécu le fait d’être en couple mixte par rapport au regard de la société sri lankaise ?
 
Nous avons parfois été confrontés au racisme des Sri lankais envers les Sri lankais
 
 
Maud et son mari expatriés au Sri LankaJe me souviens qu’au début c’était très bizarre car tout le monde nous regardait, on intriguait beaucoup ! Les gens se retournaient sur nous et j’étais parfois mal à l’aise. Dans les hôtels ou les restaurants (ou même les magasins pour expats) on pensait que c’était mon chauffeur ou mon guide… On a décidé d’en rire !
Par contre, même si des fois c’était avantageux d’être en couple mixte (facilité d’intégration, facilité avec la langue….) nous avons parfois été confrontés au racisme des Sri lankais envers les Sri lankais (eh oui) notamment sur les hôtels en bord de mer. Il était courant de voir écrit « locals not accepted » (ndrl : locaux non-acceptés) dans certains établissements ce qui avait le don de nous énerver profondément (et d’écrire quelques commentaires bien sentis sur Tripadvisor !).
 
Ce problème est encore méconnu mais de plus en plus de Sri lankais commencent à en parler. Sinon, en dehors de ces plages touristiques, je n’ai jamais eu l’impression d’être jugée ou mal acceptée, bien au contraire ! Il faut maintenant souligner que après avoir vécu 2 ans à Sri Lanka et après un voyage depuis pour voir la famille et les amis, je vois de plus en plus de couples mixtes ce qui est assez rigolo !
 
 
As-tu des petites anecdotes rigolotes à nous raconter de ta vie d’expat au Sri Lanka ?
 
Ouhla, plein ! J’en avais même fait un blog tant tout ce que je vivais au jour le jour était étonnant et bouleversait mes habitudes ! Je crois que ce qui me faisait le plus halluciner c’était tout ce qui était en rapport avec l’administration (faire son test pour le permis de conduire, aller à la poste, à la pharmacie….) car tout prenait ENORMEMENT de temps et se faisait à la « vieille méthode » c’est-à-dire avec crayon bic, vieux papier, pinceau de colle liquide, faire 3 queues différentes pour aller chercher un médicament…
 
Comme habitude locale surprenante je citerai entre autres, l’incapacité des Sri lankais à faire correctement la queue haha ! Ca avait le don de m’énerver mais en même temps ça me fait bien rigoler quand j’y repense !
 
Il y aussi ce côté « ni oui ni non » avec le hochement de tête que les sri lankais utilisent tout le temps. Et d’un autre côté, ils pouvaient parfois dire des choses que nous on trouve impolies dans notre culture française du genre « oh dis donc tu as pris du poids Maud depuis la dernière fois ! » en me pinçant allègrement le bras… (Ndrl : je confirme ahaha !)
 
Je me souviens également de plusieurs fois où je prenais le tuk tuk pour rentrer chez moi de l’autre bout de la ville et où je n’avais même pas à donner mon adresse car le chauffeur me connaissait et savait où j’habitais alors que moi je ne l’avais jamais vu ! Ben oui, au bout de deux ans, on est repéré !
 
Colombo au Sri Lanka
 
 
Quel est ton ressenti sur cette expérience de vie d’expat au Sri Lanka depuis ton retour en Europe ?
 
Ca été une expérience magique, inédite, difficile parfois mais tellement enrichissante !
 
 
Le Sri Lanka m’a apporté tellement de choses ! J’en suis sortie grandie car y vivre au quotidien te met dans des situations inédites car tu découvres une culture totalement différente de la tienne, tu apprends à composer avec les éléments sur place donc je pense avoir gagné en flexibilité.
 
Professionnellement, j’ai appris énormément car il a fallu travailler dans 3 niveaux en même temps dans une toute petite école. L’équipe était française principalement donc je n’ai pas vraiment pu expérimenter le travail avec des locaux et c’est bien dommage.
 
En bref ça été une expérience magique, inédite, difficile parfois mais tellement enrichissante ! Le Sri Lanka me manque sur beaucoup de points comme la douceur de vivre, la gentillesse des habitants, la beauté des lieux et la philosophie de vie.
 
D’un autre côté, je crois que je n’aurais pas pu y vivre plus longtemps, pas à cette époque de notre vie en tout cas. La vie culturelle et mes proches me manquaient beaucoup et nos amis sur place partaient régulièrement, il fallait donc se reconstruire un réseau chaque année ce qui pouvait être difficile. C’est donc le cœur lourd qu’on a quitté le Sri Lanka mais nous avons été également très heureux de revenir en Europe !
 
 
Quelles petites habitudes de la vie d’expat au Sri Lanka as-tu gardé depuis que tu vis en Angleterre ?
 
Huumm… boire de la bière et manger plus épicé ?
 
Non sérieusement, je pense que je dirais que cela m’a ouvert à des pratiques comme le yoga et de « bien être spirituel » choses que je définissais autrefois comme des pratiques pas du tout pour moi, qui suis bien trop speed.
 
A mon retour du Sri Lanka je me suis trouvée plus apaisée, plus tranquille, plus lente aussi ce qui était très bien mais hélas Londres m’a remise vite fait dans le chemin de l’hyperactivité !
 
 
As-tu préféré voyager au Sri Lanka ou vivre et travailler au Sri Lanka ?
 
Comme je le disais, n’ayant pas voyagé à Sri Lanka avant d’y vivre, c’est une question un peu difficile à répondre mais je crois que j’ai préféré y vivre ! Il y a beaucoup d’aspects de la vie sri lankaise que j’ai découverts en y vivant et que j’aurais manqués si j’y avais seulement voyagé !
 
Et, c’est bête à dire mais je suis très attirée par tout ce qui est mer et plage (nous avons un diplôme de plongée) et je crois que, en tant que voyageuse, j’aurais été déçue par les plages qui peuvent être paradisiaques certes mais qui sont souvent dangereuses en raison des courants et des vagues.
 
Bizarrement, avant de postuler à Sri Lanka, ce n’était pas du tout une destination que j’avais imaginé pour des vacances !
 
Depuis notre retour en Angleterre, nous sommes retournés une fois à Sri Lanka et nous y retournons deux fois cette année pour des mariages dans la famille et j’ai adoré y repartir, j’avais l’impression de n’avoir jamais quitté ce beau pays (comme quand on retrouve un vieil ami).
 
train dans les plantations de thé au Sri Lanka

 

Quel conseil peux-tu donner aux futurs voyageurs qui souhaiteraient travailler er vivre au Sri Lanka ?

 
Ne pas comparer votre vie à Sri Lanka avec votre vie en France car c’est le meilleur moyen de se rendre malheureux
 
 
Alors, je sais que certaines personnes ont moins aimé que d’autres le Sri Lanka car il peut parfois être difficile de s’adapter et on peut facilement s’énerver sur place (lenteur de la vie, incompréhension parfois de la culture locale…). Pour moi ça a été beaucoup plus facile car nous avions la famille de mon compagnon sur place.
 
Vue sur Colombo depuis un appartement d'expatriés au Sri LankaJe pense que le meilleur conseil que je puisse vous donner est de ne pas comparer votre vie à Sri Lanka avec votre vie en France car c’est le meilleur moyen de se rendre malheureux (du type : «  j’ai tous mes amis en France, ici c’est plus dur… En France je suis plus indépendant, ici je n’y arrive pas… En France je peux sortir et faire la fête, ici il n’y a rien à faire). Tous les expats passent par là à un moment ou à un autre, surtout dans un pays comme le Sri Lanka mais il faut savoir « oublier » sa vie française le temps de votre expatriation.
 
Pour rencontrer du monde, il faut savoir que c’est également plus difficile car vous avez une vie tellement différente des locaux qu’il peut être parfois dur de nouer des liens forts avec eux (par exemple tous les Sri Lankais de mon âge étaient déjà mariés, avec des enfants et restaient beaucoup en famille donc il était difficile de les rencontrer et de se lier d’amitié) mais je suis sûre qu’en trouvant des activités locales, des groupes de sport vous pourrez faire le pont entre vos deux cultures.
 
Pour trouver des appartements, colocataires etc… il y a le groupe Facebook « Foreigners in Sri Lanka » qui peut vous donner des bons plans !
 
Voilà en résumé, en ne vous prenant pas trop la tête et en restant ouvert d’esprit vous allez vivre une expérience magique car le Sri Lanka a beaucoup de choses à vous faire découvrir et la vie sur place est vraiment douce !
 
 
Si cette expérience de vie d’expat au Sri Lanka était à refaire, que changerais-tu ? Penses-tu retourner y vivre prochainement ?
 
Je crois que je ne changerai rien car tout a eu le mérite d’être vécu. J’ai aimé le fait de ne pas « trop attendre » du Sri Lanka, je ne m’imaginais rien du tout et c’est pour ça que je l’ai tant apprécié même si parfois c’était difficile.
 
Ah si, je pense que la seule chose que je regrette est de ne pas avoir appris le cinghalais. J’ai arrêté après deux mois de cours pour diverses raisons mais j’aurais dû persévérer car ça m’aurait permis de découvrir un autre aspect de la vie locale et de rencontrer d’autres personnes aussi motivées que moi à m’intégrer. Et puis, il n’y a rien de plus drôle que d’essayer de pratiquer la langue locale avec les habitants !
 
Pour cela, j’ai entendu parler de cours avec Michael qui travaillait auparavant avec le British Council et apparemment c’est génial (www.mirisgala.net).
 
Je crois que le Sri Lanka fera toujours partie de moi, en raison de mon couple et de notre expérience là bas donc oui pourquoi pas y vivre plus tard mais pas maintenant, pour l’instant on profite de la ferveur londonienne et de la proximité avec nos proches !
 
Merci Caroline pour cet interview, cela m’a fait chaud au cœur de reparler du Sri Lanka 🙂
 
Un grand merci à Maud pour sa participation à la rubrique Paroles de voyageurs !
Et vous alors, vous verrez-vous partir vivre dans ce pays quelques années ? La vie d’expat au Sri Lanka vous tente-t-elle ? 🙂
 
Crédit photo : Maud C.
—————–
Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux !
Et le blog Tongs et Sri Lanka compte sur votre soutien en aimant la page Facebook et en me suivant sur Twitter et Instagram !
Merci 🙂 
 

Mots clés qui ont permis aux internautes de trouver cet article :

  • je vis au sri lanka
  • secoztrier au sri lanka
  • [keyword]

2 commentaires

  • Répondre
    Jean-Marie
    19 février 2018

    Sri Lanka, période du 16 janvier au 02 février 2018.
    Nous sommes deux couples , et nous avons organisé nous même notre périple au Sri Lanka.
    Après plusieurs investigations et recherches sur internet, une décision collective fût prise.
    Martine, Dany, Bruno et Jean-Marie partent à l’aventure avec «  Tongs et Sri Lanka »
    A notre arrivée, nous avons rendez-vous avec « Rohitha » nous ne le connaissons pas!!!! mais nous avons échangé plusieurs « mail » lors de notre organisation….
    Et là!!!! La surprise est extraordinaire, notre interlocuteur depuis plusieurs mois, se met à notre disposition : un homme jovial, sérieux et vraiment de service (good matching immediatly)
    Après une nuit de récupération à Negombo, nous nous retrouvons autour d’un superbe petit déjeuner local et ensemble nous finalisons notre périple.
    Nous sommes agréablement surpris de circuler dans un van 6 places très confortable avec un conducteur émérite .Négombo, Anuradhapura,Polonnaruwa, Dambula,Matale, Kandy, Haputale,Ella,Tangale, Galle….
    Rohitha est vraiment à notre disposition pendant le séjour: il est de bon conseil, n’hesite pas à modifier nos escales, se fait guide et en fervent bouddhiste nous fait partager sa culture.
    De plus il est propriétaire dans le sud à côté des plages, d’un bar restaurant à Tangale : «  le Samagi Café » avec deux chambres à l’étage: nous avons profité d’un accueil chaleureux et de sa bonne cuisine…
    Un dépaysement total dans ce pays magnifique, mais la rencontre avec Rohitha a contribué de façon certaine a la réussite de se voyage.

    Pour les futurs voyageurs, lire «  Les Larmes de Ceylan » : un passage dans ce livre est consacré à Rohitha.

    • Répondre
      19 février 2018

      Bonjour Jean-Marie, ton message est copié-collé dans l’article dédié à Rohitha 🙂 Merci pour lui !

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

S'abonner à la newsletter !
Bons plans et zéro spam garanti !
Ton email
Ton prénom
Merci !
Tu vas recevoir un email te demandant si tu souhaites confirmer ton inscription à la newsletter du blog !

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer